Qui nous sommes

Mot du président, James Given

Le transport sous pavillon national, aussi appelé cabotage canadien, est un élément vital de l’économie canadienne

Article présenté dans le numéro de juin 2021 de The Canadian Sailor

Au cours des prochains mois, nous nous associerons à certains de nos alliés internationaux pour sensibiliser les membres à l’importance du cabotage non seulement au Canada, mais partout dans le monde, avec des articles en vedette dans le numéro de juin de Le Marin, et d’autres à venir dans le avenir. Comptant l’une des plus grandes côtes au monde, combinée au réseau des Grands Lacs et de la Voie maritime du Saint-Laurent, le Canada devrait être une superpuissance maritime. Nous gardons le cap malgré tout, et ce, grâce à une politique maritime nationale forte, réaliste et exécutoire. La Loi sur la marine marchande du Canada stipule que tous les navires exploités entre les ports du Canada doivent battre pavillon canadien et avoir un équipage canadien – une garantie qui positionne le Canada comme étant à la fois indépendant, capable et fiable, mais non protectionniste. Cette loi a permis de créer des milliers d’emplois, d’ajouter des milliards de dollars dans l’économie canadienne, de protéger l’environnement et, surtout, de garantir une chaîne logistique pour livrer des marchandises dans tout le pays. Nous fournissons le béton pour les ponts et les bâtiments, nous fournissons le sel pour les routes en hiver, nous acheminons le grain/le blé/l’engrais aux marchés. Nous livrons les carburants qui gardent les Canadiens au chaud en hiver et le carburéacteur qui fait voler les avions. Il n’y a rien que l’industrie maritime canadienne ne puisse faire, et bien faire.

Certains aimeraient voir le drapeau canadien retiré de nos navires et le cabotage disparaître et remplacé par des navires battant pavillon de complaisance. Ces mêmes navires connus pour exploiter les équipages, éviter l’impôt, polluer les océans et détruire la navigation intérieure dans le monde entier. Ceux qui aimeraient voir disparaître le drapeau canadien utilisent de l’information obsolète et trompeuse pour essayer de vendre leur salade aux politiciens. Ils font de fausses déclarations en matière de protectionnisme et de hausse des coûts. En réalité, leurs véritables motifs sont l’évasion fiscale, l’exploitation de main-d’œuvre bon marché, le contournement des normes nationales en matière de travail et d’environnement, le laxisme concernant les réglementations de sécurité et la non-application de la loi.

Le Canada a un secteur maritime national florissant composé de centaines de navires battant pavillon canadien dont l’équipage est composé de travailleurs canadiens. Le Canada, comme tant d’autres pays dans le monde, dispose d’excellentes politiques nationales de transport maritime sur le cabotage et est la preuve que ces politiques n’affaiblissent pas les chaînes d’approvisionnement, mais qu’elles les renforcent au contraire. Une politique maritime nationale solide garantit la sécurité de la chaîne d’approvisionnement, donne la confiance nécessaire aux armateurs opérant sous pavillon national pour investir dans le tonnage pour l’avenir et fournit des emplois bien rémunérés à des milliers de travailleurs. Les voix qui s’unissent contre le cabotage ne le font que pour elles-mêmes, pas pour les Canadiens.

Le fait d’avoir des navires battant pavillon canadien dont l’équipage est composé de travailleurs canadiens dans les eaux canadiennes sécurise les chaînes d’approvisionnement et garantit une livraison uniforme, sûre et rapide des biens et services aux Canadiens. Le Canada est un pays tributaire du commerce et si la dernière année et demie a prouvé quelque chose, c’est que s’approprier les chaînes d’approvisionnement et s’assurer d’être en mesure d’importer et d’exporter des biens essentiels représentent une nécessité absolue. En laissant cela au hasard et entre les mains d’un exploitant étranger ne profitent pas au Canada et créent un risque important et dangereux pour tous les Canadiens.

Nos sociétés sous pavillon canadien sont engagées envers les Canadiens qu’elles servent, tout comme les membres du SIMC. Nous prenons notre rôle au sérieux non seulement en défendant notre drapeau, mais en nous assurant que nous sommes considérés parmi les meilleurs de notre industrie aux quatre coins du monde. Le cabotage n’est pas nouveau, et les acteurs voilés qui tentent d’y mettre fin à huis clos non plus. L’opposition à notre cabotage doit se heurter à une ferme résistance chaque fois qu’elle refait surface.

L’âme du cabotage dans n’importe quel pays, ce sont les marins. Les femmes et les hommes qui travaillent pendant des mois pour livrer la marchandise. La main-d’œuvre, qui passe des mois loin de chez elle à faire des sacrifices pour s’assurer que le monde continue de tourner. L’industrie maritime du Canada représente bien plus qu’un simple travail pour nos marins, c’est un engagement envers leur pays et leurs concitoyens jour après jour, année après année. Un engagement à ne jamais les laisser tomber, à ne jamais manquer leurs livraisons et à ne jamais manquer de défendre leur industrie contre la cupidité des entreprises et la main-d’œuvre exploitée.